Qu’est-ce que la phobie scolaire ?

Selon le Dr Ajuriaguerra, neuropsychiatre, en 1974 : « il s’agit de jeunes qui, pour des raisons irrationnelles, refusent de se rendre à l’école et résistent avec des réactions d’anxiété très vives ou d’angoisse si on les force à y aller ». Ces réactions d’anxiété les mettent dans l’incapacité de se rendre à leur établissement scolaire. Il en résulte alors un fort absentéisme scolaire qui a un impact sur la scolarité du jeune.Tout le monde peut souffrir de phobie scolaire. Elle apparaît particulièrement aux périodes clés de la scolarité : l’entrée en CP, l’entrée au collège, l’entrée dans l’adolescence, l’entrée au lycée mais aussi dans des cas plus rares, à l’entrée à l’université. Selon des études, environ 3% des 12-19 ans seraient atteints de phobie scolaire.

Qu’est-ce qui provoque la phobie scolaire ?

  • Angoisses de séparation
  • Phobie sociale
  • Événements récents et/ou traumatisants : un deuil, divorce/séparation des parents, un déménagement, un changement d’école
  • Précocité
  • Troubles dits “DYS” : dyslexie, dyspraxie, dysphasie, la dyscalculie, la dysgraphie ou la dysorthographie ainsi que les troubles de l’attention.
  • Harcèlement scolaire
  • Mauvaise entente avec un ou plusieurs professeurs

Risques associés :

  • Troubles du sommeil
  • Dépression
  • Baisse de l’estime de soi
  • Pensées suicidaires

Quels sont les signes d’une phobie scolaire ?

  • Refus d’aller à l’école
  • Absentéisme scolaire
  • Réactions émotionnelles : anxiété, panique, pleurs, sensation de malaise, agitation, violence..
  • Maux de ventre, nausées, maux de tête, sueurs
  • Insomnies

Les symptômes décrits ci-dessus sont susceptibles d’arriver au moment de quitter le domicile familial pour se rendre à l’école. L’enfant va alors insister pour ne pas se rendre à l’école en évoquant un ou plusieurs de ces symptômes et pourra dire qu’il ira le lendemain à l’école. Quand l’un des parents ou les deux acceptera de le laisser à la maison, les symptômes disparaîtront et l’enfant se calmera. Cette situation se répètera tous les jours. Les symptômes disparaîtront aussi pendant les vacances (et les week-ends) et referont surface à quelques jours de la reprise de l’école.

Quelles sont les solutions pour en sortir ?

La première chose à faire est d’aller consulter un psychologue ou un pédopsychiatre car ce sont eux qui pourront diagnostiquer la phobie scolaire et mettre en place un suivi efficace. Généralement, une psychothérapie est recommandée. Dans le suivi proposé par le professionnel, une thérapie familiale peut être recommandée, un traitement médicamenteux (dans les formes les plus “graves”) et dans de très rares cas, une hospitalisation. Vous pouvez aussi contacter une association spécialisée dans la phobie scolaire qui vous indiquera la marche à suivre pour aider votre enfant.  N’hésitez pas aussi à prévenir l’établissement scolaire (direction, professeurs..) de votre enfant de la situation. Si votre enfant est toujours désireux d’apprendre, vous pouvez l’inscrire au CNED (Centre National d’Enseignements à Distance) mais cela doit rester une solution temporaire, le temps de traiter la phobie scolaire.

Quand retourner à l’école ?

Le retour en établissement scolaire fait partie intégrante de la thérapie. Elle doit se faire de façon progressive afin de ne pas braquer l’enfant. Vous pouvez commencer par encourager votre enfant à retourner au sein des locaux (salle de permanence, en récréation/à la cantine pour retrouver ses amis) puis quelques heures par jour/par semaine avant d’envisager un retour complet à l’école. Ces décisions doivent être prises avec votre enfant et son thérapeute afin de maximiser les chances de succès.Vous pouvez aussi avoir recours au PAI, le Projet d’Accueil Individualisé qui va permettre d’adapter la réinsertion scolaire de votre enfant. Les modalités du PAI seront définies par le thérapeute/médecin de l’enfant. Une fois ce processus mis en place, il sera très étroitement suivi et réévalué grâce à des discussions entre l’enfant, son thérapeute, le médecin de l’Education Nationale et les enseignants de l’enfant.